Skip to main content
ÉDUCATION AUX ÉCRANS
Tous différents, tous égaux

Le net, les réseaux sociaux sont des amplificateurs de discours discriminants racistes ou à caractère sexuel. Discours reposant sur des préjugés et des stéréotypes qui traversent la société. Les enjeux éducatifs sont majeurs pour les enseignants puisqu’il s’agit à la fois de faire prendre conscience de ces stéréotypes, de montrer qu’ils sont contraires à l’égalité telle qu’elle est conçue en ce début de XXIe siècle, en ce qu’elle reconnaît la richesse que porte la différence culturelle ou sexuelle.

Discrimination Égalité Fraternité Laïcité Liberté Solidarité

SÉQUENCE

Notions

  • Discrimination/Égalité
  • Stéréotypes sexuels raciaux
  • Droit à la différence et son inscription dans le Droit

Objectifs

  • Comprendre le sens de la discrimination pour ceux qui en sont les victimes
  • Connaître les dispositifs législatifs et les valeurs qui les sous-tendent dans la lutte contre les discriminations
  • Mobiliser les élèves, notamment sur les réseaux sociaux, à des fins de lutte contre ces discriminations
  • Comprendre les limites entre ce qui relève de la liberté d’expression et toutes les formes de discriminations

Compétences développées

  • Exercer son esprit critique au regard des stéréotypes à caractère racial ou sexuel
  • Mobiliser les potentialités des réseaux sociaux pour construire un argumentaire s’opposant à la discrimination

Liens possibles aux programmes et au parcours citoyen

  • La moitié du temps du programme de l’EMC est consacrée à l’étude de l’égalité et des discriminations, c’est dire la place centrale que ces thèmes occupent dans l’éducation à la citoyenneté
  • Ils peuvent tout aussi bien être approfondis dans le cadre de champs disciplinaires tels que les lettres, l’histoire mais aussi dans l’enseignement de « littérature et société »

Durée

6 heures

Déroulement

1) La première étape de l’activité de l’élève a pour ambition de lui faire prendre conscience de ce que représente pour chacun une discrimination. Cette étape peut se dérouler en trois temps : chacun rédige d’abord un court texte d’une situation discriminante qu’il a ressentie ou observée sur les réseaux sociaux. Cet écrit reste privé si l’élève le souhaite. Le deuxième temps réside dans un travail de groupe où l’équipe rédige un rapide support ayant pour but d’indiquer des hypothèses sur les raisons de ces discriminations subies et sur les valeurs qu’elles mettent en cause. Le troisième temps, dirigé par l’enseignant, a pour but, à partir des synthèses des groupes, d’identifier les processus discriminatoires, leurs différentes caractérisations (racistes, sexuelles, religieuses, physiques…) et ce en quoi ils sont en opposition aux valeurs fondatrices de la démocratie (1 à 2 h).

2) La deuxième étape vise à repérer, sur les réseaux sociaux, les faits discriminatoires, les analyser et surtout proposer un plan de réponse citoyenne à ces faits. Le professeur a la possibilité soit de faire faire une recherche libre sur un moteur de recherche soit de fournir une sitographie qu’il aura lui-même élaborée.
À titre d’exemple, voici deux liens :
– l’un témoignant de l’homophobie : www.sos-homophobie.org/temoignages ;
– l’autre d’un exemple de racisme ordinaire affectant un acteur bien connu :
www.20minutes.fr/people/2107335-20170720-helene-omar-sy-victimes-racisme-twitter-cran-interpelle-marine-pen

Après un temps d’analyse de quelques exemples, chacun des groupes a pour consigne de trouver les réponses les mieux adaptées en mobilisant les réseaux sociaux. En fonction de ses classes, le professeur peut choisir de plus ou moins guider l’activité qui, dans tous les cas, débouche sur :
– la rédaction de commentaires sur ces réseaux mobilisant des argumentaires de nature juridique et éthique ;
– la connaissance et la mobilisation des plateformes de signalement ;
– la constitution d’un référentiel juridique (loi de 1881 sur la liberté de la presse, loi du 11 juin 2004 sur le droit de signalement, lois mémorielles condamnant les différents types de racisme).
Il est tout à fait possible de faire travailler les élèves sur des types de discrimination différents en mettant une focale sur les discriminations racistes ou sexuelles (2 à 3 h).

3) Une troisième étape complexe, en prolongement des précédentes, mène les élèves à construire une réflexion sur les limites entre ce qui relève de la liberté d’expression et d’opinion et ce qui est discriminant. De ce point de vue, la focale des convictions religieuses est intéressante puisque les « trois religions du Livre » condamnent dans l’Histoire des pratiques sexuelles qui sont aujourd’hui reconnues par le Droit.